Rubrique :

Avantages faramineux aux nouveaux députés : le coup de gueule de Me Christian Kambi !

Avant la rentrée parlementaire de mars à l’Assemblée nationale, les députés nationaux élus et validés pourraient se voir accorder une somme colossale de 400 000$ pour frais d’installation, suivie d’une rémunération mensuelle de 33 000$ à partir de la fin du mois d’avril, en vertu de la loi des finances de l’exercice 2024.

Cependant, cette mesure soulève des questions cruciales concernant ses bénéficiaires, son utilité réelle, et le bien-être du peuple.

Cette loi des finances, qualifiée de « suicidaire » par Me Christian Kambi, soulève des inquiétudes légitimes quant à ses véritables motivations et son impact sur le développement du pays. Alors que nos militaires, décrie-t-il, se battent courageusement pour assurer la sécurité nationale, les « disparités » salariales entre eux et les politiciens qui semblent privilégiés posent un « dilemme » moral flagrant.

Pour lui, avec un budget déficitaire de 16 milliards de dollars, l’allocation mensuelle de 33 000$ pour un député soulève des interrogations sur la « priorisation » des ressources et le financement des secteurs cruciaux tels que l’éducation et la défense. Alors que les enseignants et les soldats reçoivent des rémunérations bien inférieures à celles des politiciens, appelle-t-il, il est temps pour les citoyens de « demander des comptes et de réclamer une révision de cette loi inéquitable ».

Selon l’activiste pro-démocratie, dans un pays où les militaires risquent leur vie pour protéger la nation, il est impératif de reconsidérer les « priorités » et de rétablir un « équilibre » salarial plus juste. Les chiffres comparatifs avec d’autres pays, tels que la France avec un budget excédentaire de 454 milliards d’euros, soulignent l’urgence d’une réforme pour garantir une répartition équitable des ressources et récompenser le dévouement des différents acteurs de la société.

En tant que citoyens conscients, estime Christian Kambi, il est temps de se mobiliser et de demander des comptes à nos dirigeants. Il est primordial de mettre fin à cette « injustice financière » et de promouvoir une gouvernance plus transparente et équitable pour le bien-être de tous.

Christian Kambi appelle à l’action collective pour sauvegarder l’intérêt général et défendre les valeurs démocratiques fondamentales de notre nation.

Dany Musangu

dans la même rubrique

Tshopo : sœur Brigitte Anibiloni, le parcours d’une femme leader exemplaire

La révérende sœur Brigitte Anibiloni Sungufue incarne l'excellence et le leadership féminin dans le secteur étatique de la province...

Le Collectif de Basankusu dénonce les mensonges des Amis des Bonobos

Dans un communiqué explosif daté du 17 mai parvenu à Lebaromètre.cd, le Collectif des Ong et élites du territoire...

Joël Francis Tatu à Moïse Mbiye pour son concert historique : “nous te l’avons demandé...

Dans un élan de ferveur et de foi inébranlable, le prophète Joël Francis Tatu se dresse aux côtés de...

Onatra : le DG Lukusa se tape trop de pub alors que les travailleurs broient...

Depuis un certain temps, l'Office national des transports (Onatra) est secoué par des menaces de grève, résultat direct de...

Faustin Bongilo après l’acquisition du scanner aux Cliniques universitaires de Kisangani : “cet outil est...

Ce jeudi 9 mai, le président de l'Assemblée provinciale, honorable Mateus Kanga Londimo, a coupé le ruban symbolique du...

Un adieu empreint de sagesse : vibrant hommage de Faustin Bongilo au regretté professeur Biamele...

Le comité de gestion Bongilo a rendu un vibrant hommage au regretté professeur ordinaire, Biamele Boyo Daniel François. Le...

Les mea culpa de Fabregas : “on ne peut pas effacer le geste que j’ai...

Après des heures de polémique et de remous dus à la vidéo controversée, Fabregas Le Métis Noir a enfin...

Renaissance de l’Unikis : infrastructures en mutation

L'Université de Kisangani (Unikis) entreprend actuellement des rénovations majeures, notamment la réhabilitation des routes reliant ses différents campus et...