Rubrique :

Course au gouvernorat de Kinshasa : Pourquoi Deo Kasongo est-il victime d’une campagne de diabolisation ? (Tribune)

À quelques jours de la fin du dépôt des candidatures au gouvernorat de Kinshasa, Deo Kasongo est victime d’une campagne de diabolisation qui ne dit pas son nom.

En effet, cette campagne de diabolisation part du fait qu’il aurait été pressenti comme celui qui est adoubé par ceux qui veulent un vrai changement avec quelqu’un de pragmatique pour remplacer Gentiny Ngobila. Ainsi, ceux qui pensaient que ce poste leur revenait ont mis toutes les batteries en marche pour le diaboliser et le détruire coûte que coûte.

Pour y parvenir, ils tentent de salir sa dignité en alleguant qu’il serait un candidat LGBT homosexuel. Un journaliste de la place qui avait écrit l’article pour lancer cette fausse rumeur a, à travers un tweet et une vidéo en direct de Télé50, démenti lui-même son information.
Il a affirmé qu’il avait été utilisé pour le salir et a présenté des excuses à Deo Kasongo. « Il y a Dieu dedans » disent ceux qui soutiennent monsieur Kasongo.

Yves Buya, journaliste dont il est question, a regretté d’avoir participé à ce sale boulot et promet de retirer tous ses articles. La justice pouvait le saisir pour diffamation en vertu du code numérique.

Proche d’Olive Lembe

Deo Kasongo, qui est un homme d’affaires connu et réputé dans la ville, a plusieurs activités dont une société d’organisation d’événements. Le moins que l’on puisse dire est que l’ancienne première dame qui appréciait son expertise ne cessait de faire appel à lui pour organiser tous les mariages et autres événements pour elle, d’où leur bonne relation courtoise. Néanmoins, il n’a jamais fait d’affaires avec l’ex première dame autre que ces événements (pour lesquels il était bien évidemment rémunéré) et cela est de notoriété publique d’autant que Deo Kasongo est une personne digne et qui n’a jamais voulu faire les choses comme tout le monde. Il nous revient que depuis deux ans, aucun contact n’a été établi entre eux, malgré que ce candidat gouverneur veille à être et demeurer courtois avec tout le monde.

Pendant 18 ans, au plus fort du pouvoir de Kabila, il n’a pourtant jamais accepté d’adhérer au PPRD, ni de porter un polo, ni de participer à une réunion, signe de son caractère d’homme de conviction. Pourtant, il y a un ancien du PPRD, qui est allé ensuite au MLC pour atterrir à l’UDPS qui a déjà une fonction provinciale, qui se dit plus UDPS que tout le monde et pense avoir plus de droit de citer quiconque, qui serait selon plusieurs personnes utilisées par ce dernier, derrière toute cette campagne de diabolisation.

Kuya Kuya/il ne serait pas de l’UDPS

Son feu père Dieudonné Kasongo Kimp’evile fut un membre important de l’UDPS qui a fait beaucoup pour le parti et avec le SPHINX de Limete depuis les années 1990. Ce dernier est décédé la même année qu’Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire en 2017. C’est lui qui a emmené son fils Déo Kasongo au parti UDPS, pour lequel ce dernier était devenu distributeur de tracts tard la nuit dans les rues de Kinshasa avec tout les risques possibles – avec son ami Djumpé Molamba – et qui filmait « en uniforme bleu blanc pour passer inaperçu » des personnes qui tombaient dans les marches pour remettre à son père les cassettes après approbation du SPHYNX à l’étranger, pour des campagnes contre le pouvoir de Mobutu.

Son père fut directeur à la banque du Zaïre, mais étant de l’UDPS, il ne cessait d’avoir des problèmes du fait de son appartenance politique.

En 1993, Les parents de Déo Kasongo se sont faits relégués à Mbandaka en punition pour leur appartenance à l’UDPS. Mbandaka où les conditions de vie étaient exécrables sans oublier un pillage militaire les avait traumatisés, ils avaient été sauvés de justesse par les villageois grâce à Dieu et à leur bonne relation avec tout les voisins.
C’est réellement grâce à Dieu qu’ils avaient eu la vie sauve.

Ce récit très connu par les habitants de Kingabwa et les membres de famille nous a été confirmé. Cette campagne de diabolisation ne peut transformer la vérité, mais par contre, peut détruire l’avenir de la ville de Kinshasa si une personne pragmatique n’est pas placée à sa tête.

Les 5 années du deuxième mandat du président Félix Tshisekedi sont essentielles pour son héritage et pour le bien être de la population congolaise. Rien ne doit empêcher au Chef de l’Etat de faire des choix qui vont délivrer un travail au-delà de ses espérances de tous, pour changer les choses et mettre sur orbite le développement de Kinshasa qui doit redevenir la plus belle capitale d’Afrique Centrale.

Robert BUTARE

dans la même rubrique

Jean-Claude Baende soutient ardemment le retour de Vital Kamerhe à la tête de l’Assemblée nationale

Dans les jours à venir, les députés nationaux validés s'apprêtent à élire les membres du bureau définitif de la...

Réplique cinglante d’Augustin Kabuya aux accusations de corruption

Dans une mise au point cinglante ce dimanche sur les réseaux sociaux, Augustin Kabuya, secrétaire général de l'Union pour...

Flash : L’Union Sacrée de la Nation dévoile ses tickets pour l’élection des membres du...

Pour l'Assemblée Provinciale de Kinshasa (APK) où l'élection des membres du bureau définitif est fixée le Jeudi, 18 Avril,...

Kinshasa : Les leaders Kasaïens vivant dans le Haut-Katanga reçus par le SG Augustin Kabuya

Le Secrétaire Général de l'UDPS/Tshisekedi, l'Honorable Augustin Kabuya a reçu, dans son bureau de travail de la permanence de...

Augustin Kabuya exhorte les députés Udps à manifester leur ambition pour le poste de 1er...

L’Union pour la démocratie et le progrès social - UDPS, exhorte ses députés à se porter candidats pour le...

Tête-à-tête délégation du présidium de l’Union et Premier ministre: Vital Kamerhe encense Judith Tuluka

Une délégation du présidium de l'Union sacrée, la plateforme politique clé du mandat de Félix Tshisekedi, a tenu des...

Assemblée nationale : Christophe Mboso traduit en justice !

Depuis un certain temps, une vive confrontation persiste entre le président du bureau d'âge de l'Assemblée nationale et les...

Course au perchoir de l’Assemblée nationale : Christophe Mboso isolé !

Dans ce contexte de recomposition post-électorale des institutions publiques, l’opinion nationale assiste à la mise en place d’une machine...