Rubrique :

Guerre en RDC : la France ne veut pas sanctionner le Rwanda

Malgré les cris d’alarme et le flot de sang en RDC, la question des sanctions économiques et diplomatiques contre le Rwanda reste en suspens. La déclaration de Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État chargée du développement et des partenariats internationaux, devant l’Assemblée nationale, laisse entrevoir une position prudente de la France face à cette crise majeure.

Les chiffres glaçants de pertes humaines en RDC ont été rappelés avec force par l’élu de La France insoumise, mettant en lumière les graves violations du droit international et des droits de l’homme causées par l’agression rwandaise. Malgré cela, les mesures concrètes de rétorsion semblent encore incertaines.

La demande pressante de Carlos Martens Bilomba concernant la suspension des coopérations militaires avec le Rwanda et l’imposition de sanctions économiques et diplomatiques reste sans réponse directe.

La déclaration de Zacharopoulou semble esquiver la question brûlante, optant pour une réaffirmation de la condamnation de la présence des soldats rwandais en RDC. “C’est avec la plus grande fermeté que nous avons condamné la poursuite des offensive du groupe M23, tout comme nous condamnons la présence des soldats rwandais sur le territoire congolais et leur soutien au M23”, dit-elle.

Les efforts diplomatiques de la France se concentrent sur la désescalade et la promotion de la paix dans la région des Grands Lacs. “Nous soutenons les initiatives de paix pour la région des Grands et je salue particulièrement les efforts menés par l’Angola” renchérit-elle.

Les échanges récents avec les autorités congolaises et rwandaises sont cités comme des démarches visant à soutenir la résolution pacifique du conflit, malgré l’absence de mesures punitives directes contre le Rwanda. “Le message était clair : nous appelons les deux pays à la désescalade et à la reprise du processus de paix”, déclare-t-elle.

La réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, initiée par la France, a abouti à des sanctions ciblées contre des responsables du M23 et des FDLR, soulignant ainsi l’engagement continu du pays envers la population congolaise en proie à une crise humanitaire dévastatrice.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

Sans résistance, le M23-RDF s’empare de Vitshumbi

Dans un coup de force sans précédent, le M23-RDF s'est emparé de la localité stratégique de Vitshumbi, territoire de...

L’AFC de Nangaa menace de neutraliser les militaires sud-africains

Une escalade de tensions secoue l'Est de la RDC alors que l'Alliance Fleuve Congo (AFC), soutenue par le Rwanda,...

Est de la RDC : le M23-RDF s’empare de Rutshuru en un éclair

En l'espace de seulement quatre jours, la situation sécuritaire dans le territoire de Rutshuru a connu un revirement dramatique...

Accord militaire Russie-RDC : démenti de Kinshasa sur les rumeurs

Réagissant aux rumeurs persistantes, Kinshasa a catégoriquement démenti la conclusion récente d'un accord de coopération militaire entre la Russie...

M23 – Wazalendo, une bataille imminente à Mweso ce 8 mars

La ligne Nyanzale Kibirizi reste relativement calme malgré l'occupation persistante de la cité de Nyanzale par les rebelles du...

Urgence Kibirizi : le M23 avance, les Wazalendo résistent, la population fuit

Depuis le matin de ce jeudi, des affrontements violents secouent plusieurs axes, notamment sur la colline de Ndumba dans...

La Monusco doit-elle partir ? Mukwege s’oppose

Le mandat de la Monusco prendra fin le 20 décembre 2024, mais le processus de retrait a déjà commencé....

Guerre du M23 : défaite des FARDC à Bwito, triomphe dans le Masisi

Ce mercredi 06 mars, des combats intenses ont éclaté dans le groupement de Mupfunyi Shanga en territoire de Masisi,...