Rubrique :

Coincé, le DG de la SNEL sollicite un moratoire de 48h pour répondre aux questions des députés

Ce lundi, c’était chaud à l’Assemblée nationale. Frabrice Lusinde, DG de la SNEL, a dû solliciter un moratoire de 48 heures afin d’affûter ses arguments pour répondre aux multiples préoccupations soulevées par les députés nationaux.

Le Directeur général de la Société nationale de l’électricité est cible d’une question orale avec débat lui adressée par le député national, Prosper Bukasa.

La RDC n’a plus connu d’avancée significative dans le développement de sa production électrique depuis 1982, alors que sa population a quasiment triplé dans le même temps. A cela s’ajoute un réseau de distribution en mauvais état et carrément inexistant dans la majorité du pays.

Fabrice Lusinde est chargé de plusieurs griefs par les élus nationaux. Il s’agit notamment, du « manque de vision, de la mauvaise gestion de la SNEL, de la signature des contrats léonins qui entravent l’évolution de la société, des coupures intempestives du courant électrique, du faible taux de desserte en électricité, ou du licenciement abusif de certains délestages. »

En octobre 2022, l’ancienne équipe dirigeante de cette entreprise publique a été inculpée par la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe pour avoir orchestré plusieurs forfaitures au sein de cet établissement du portefeuille de l’État. En l’occurrence dans l’affaire de détournement de 48 millions de dollars.

Par contre, à côté de cette affaire, la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe a décrié d’autres aspects néfastes aggravant la santé économique de la SNEL. À l’instar de la perception mensuelle et annuelle indue de plusieurs millions de dollars, en recourant à des fournisseurs inconnus, des sociétés domiciliées au Congo Brazzaville, des prestataires de service qui n’en sont que des prête-noms ainsi que des livraisons fictives de faux marchés en provinces, plus particulièrement dans les provinces de Grand Katanga et Kongo Central.

C’est l’un des nombreux paradoxes de la RDC. Le pays dispose d’un potentiel hydroélectrique parmi les 5 plus importants au monde, estimé à 100 mégawatts. Et pourtant, selon la Banque mondiale, si l’électrification se poursuit au rythme de ces 10 dernières années, 80% de la population vivra toujours sans accès au réseau électrique d’ici 2030.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

Reformes institutionnelles et décentralisation : le ministre d’État Eustache Muhanzi invite les fonctionnaires de son...

“ Je suis revenu pour vous dire que je ne vous ai pas abandonner. Continuons à nous battre ensemble...

Rapport de Kabuya remis à Tshisekedi : vers un nouveau Premier ministre

Ce vendredi 29 mars, à la cité de l'Union africaine, l'informateur désigné Augustin Kabuya a présenté au chef de...

Tshopo : très déterminé, Tite Tongo vise le changement au Sénat

Tite Tongo, un jeune leader plein de détermination et de loyauté, se prépare à apporter un vent de changement...

André Flahaut : “au-delà de la condamnation, il faut sanctionner le Rwanda”

Le député fédéral belge, André Flahaut, a soulevé une question cruciale devant la Chambre des représentants de la Belgique...

Le livre « Grandes figures du patrimoine artistique et culturel de la RDc » porté...

"Grandes figures du patrimoine artistique et culturel de la RDc ", cette œuvre scientifique de la ministre de la...

Exclusif : voici comment le DG Placide Nkala Basuadila saigne à blanc la Gecamines

Cacophonie à l’Inspection générale des finances (IGF). Le chef de ce service public, rattaché à la présidence de la...

Sous-traitance : 1 MILLIARD de dollars, C’est la valeur des 3 contrats annulés par l’ARSP...

Les entreprises visées par cette mesure administrative sont les sociétés CRSN (CREC 7 , CREC 9) et INTERNATIONAL FOURTEENTH...

Expansion électrique à Kisangani : le DP Kitambala Tabu remercie le DG Fabrice Lusinde pour...

Dans un élan de gratitude, le directeur provincial de la SNEL (Tshopo), Kitambala Tabu a chaleureusement remercié la direction...