Rubrique :

Guerre en RDC : les Tutsi congolais rejettent l’aide de Kagame

La communauté Tutsi de la RDC a affirmé vendredi, lors d’une déclaration à Goma, qu’elle n’avait pas mandaté le président rwandais Paul Kagame pour sa protection.

Emmanuel Kamanzi, un notable tutsi congolais, a souligné à l’issue d’un échange avec le gouverneur militaire du Nord-Kivu que leur souhait est d’être défendus par leur propre pays, rejetant l’idée d’une protection étrangère. “Il est protecteur des Tutsi rwandais (…) Mais nous ne lui avons pas demandé d’être notre interprète. C’est sa façon de voir les choses”, précise-t-il.

Ce notable de la communauté Tutsi souligne que : “Nous n’avons pas besoin d’une protection d’un autre pays. Nous voulons être protégés et défendus par notre pays, comme les autres communautés.” Cette déclaration intervient dans un contexte tendu où la relation entre les Tutsi congolais et le Rwanda est scrutée de près.

Le président congolais, Félix Tshisekedi, a également pris position en dénonçant « l’instrumentalisation » des Tutsi congolais par Kagame pour des « intérêts politiques ».

Il a critiqué la stratégie du président rwandais, déclarant que les Tutsi congolais ne devraient pas être utilisés comme « pions » dans des jeux de pouvoir extérieurs. Tshisekedi a mis en garde contre les discours « discriminatoires » et a appelé à la prudence face aux manipulations potentielles.

Le récit remonte à 1996, lorsque Paul Kagame avait mobilisé les Tutsi congolais, connus sous le nom de « Banyamulenge », pour mettre fin au régime de Mobutu en RDC. Les tensions s’étaient exacerbées avec des infiltrations de soldats rwandais sous prétexte de protéger les Tutsi congolais menacés.

Des milices banyamulenge s’étaient organisées, créant un climat de conflit avec les Hutu rwandais traqués après le génocide de 1994. Cette période a marqué le début de la guerre de l’AFDL, soulignant les enjeux politiques complexes de la région.

Il est crucial de promouvoir le dialogue et la compréhension mutuelle pour surmonter les tensions historiques et construire un avenir pacifique pour tous les citoyens de la RDC.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

Le député Michel Moto condamne l’attaque du M-23 à Mugunga

Le député national Michel Moto Muhima, a exprimé sa solidarité face à l'attaque dévastatrice perpétrée par le M-23 au...

Innoss’B se confronte à l’insoutenable réalité des massacres à l’Est de la RDC

Les violences persistantes à l'Est de la RDC ont une fois de plus laissé derrière elles un lourd tribut...

Sans résistance, le M23-RDF s’empare de Vitshumbi

Dans un coup de force sans précédent, le M23-RDF s'est emparé de la localité stratégique de Vitshumbi, territoire de...

L’AFC de Nangaa menace de neutraliser les militaires sud-africains

Une escalade de tensions secoue l'Est de la RDC alors que l'Alliance Fleuve Congo (AFC), soutenue par le Rwanda,...

Est de la RDC : le M23-RDF s’empare de Rutshuru en un éclair

En l'espace de seulement quatre jours, la situation sécuritaire dans le territoire de Rutshuru a connu un revirement dramatique...

Accord militaire Russie-RDC : démenti de Kinshasa sur les rumeurs

Réagissant aux rumeurs persistantes, Kinshasa a catégoriquement démenti la conclusion récente d'un accord de coopération militaire entre la Russie...

M23 – Wazalendo, une bataille imminente à Mweso ce 8 mars

La ligne Nyanzale Kibirizi reste relativement calme malgré l'occupation persistante de la cité de Nyanzale par les rebelles du...

Urgence Kibirizi : le M23 avance, les Wazalendo résistent, la population fuit

Depuis le matin de ce jeudi, des affrontements violents secouent plusieurs axes, notamment sur la colline de Ndumba dans...