Rubrique :

Sondage Echos d’opinion: Les hommes capables de diriger le Sénat sans faire ombrage au président de la République

Depuis le 29 avril dernier, l’on connait les nouveaux sénateurs élus par les députés provinciaux. Ce sont donc eux qui sont appelés à siéger dans la future chambre haute du Parlement de la quatrième législature de la troisième République. Il sied de signaler que le Sénat est la chambre haute du parlement bicaméral de la République démocratique du Congo. L’Assemblée nationale en est la chambre basse. Le Sénat vote les lois et contrôle le gouvernement, les entreprises publiques, les établissements et les services publics. Comme on peut s’en rendre compte, la mission de ceux que l’on appelle les sages, n’est pas moindre. Elle est plutôt importante pour la bonne marche du pays, dans la mesure où ils sont appelés à contrôler les actions et résultats de l’Exécutif national, et de proposer des sanctions en cas de manquements graves.


Pour cette raison, les Congolais souhaitent que le bureau définitif de cette chambre soit composé d’hommes et de femmes sages, compétents, trainant une longue expérience dans la gestion des affaires publiques ou privées, et qui sont capables de diriger cet organe, sans entrer en conflit avec le président de la République. Notre institut de sondage, d’analyses et de prospection, a interrogé les populations, toutes tendances politiques et âges confondus, pour connaître leur point de vue sur les personnalités capables de diriger le prochain Sénat. Nous vous livrons ci-dessous, les résultats de ce sondage.

Gentiny  Ngobila Mbaka 80%

Né le 20 septembre 1963 à Kinshasa, il est un homme d’affaires et homme politique congolais. En 2015, il est nommé Commissaire spécial du Mai-Ndombe, pour enfin diriger la même province en qualité de gouverneur. Il a été depuis le 10 avril 2019, gouverneur de la ville-province de Kinshasa. Il est membre de l’ethnie Batende. Son père, Omer, fut directeur de cabinet dans un ministère du gouvernement Lumumba en 1963. Il a fait ses études supérieures au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Paris où il obtient son diplôme de licence en administration et gestion des personnels.
Après ses études supérieures, Gentiny Ngobila se lance dans le monde des affaires. Il crée des entreprises dans la sécurité en France, puis à Kinshasa comme Universal Security ou UniSec (sécurité) et G-Com Service (immobilier).
En 2014, il prend la présidence du Daring Club Motema Pembe Imana (DCMP), l’un des clubs de football les plus populaires de la capitale. Il est aussi producteur de quelques disques, notamment l’album Makolo ya Masiya de Carlyto Lassa, ainsi que de certains de ses concerts dans la capitale française. Sa volonté de concrétiser la vision du chef de l’Etat constitue son atout majeur. Plus que tous ceux qui l’ont précédé sur le fauteuil de l’hôtel de ville de Kinshasa, le locataire sortant s’est avéré être l’homme de grandes réalisations en termes des infrastructures, assainissement et embellissement de la capitale et de la création des emplois. A titre d’exemple, on cite la construction de la route de l’avenue Kikwit et un pont long de 17 mètres. Ce pont qui sera jeté sur la rivière Yolo va permettre le désengorgement de la ville et de relier  les communes de Lemba, Ngaba, Limete, Makala et Bumbu. Il y a également le parachèvement de l’asphaltage de la route Elengesa, reliant cinq communes de la capitale Kinshasa sur une longueur de 5,78 km  sur plus de six km du projet, de l’avenue Kasa-vubu (par le rond-point Mariano) dans la commune de Kasa-vubu à By-pass (arrêt courant) dans la commune de Mont-Ngafula. Une route d’importance capitale qui permettra le désenclavement des communes de Kasa-vubu, Kalamu, Ngiri-Ngiri, Makala et Selembao. Un pont surélevé a été jeté sur l’avenue Bongolo, fluidifiant la circulation sur ce tronçon et protégeant les riverains contre les inondations fréquentes suites au niveau très bas de l’ancien qui ne favorisait pas l’écoulement rapide des eaux, surtout en cas de pluie. Tous ces grands travaux, souligne-t-on, sont exécutés sur fonds propres du gouvernement provincial de Kinshasa. En termes d’assainissement, l’opération Kin Bopéto lancée sous l’impulsion du chef de l’Etat, a contribué à rendre la ville propre et belle. Elle s’est aussi avérée comme une source de création d’emploi pour les jeunes et des personnes qui n’ont pas reçu une formation scolaire suffisante. Enfin, son parti politique, l’ACP, s’est imposé comme une véritable machine électorale pour Félix Tshisekedi.


Jacques Kyabula  76%

Le gouverneur, aujourd’hui réélu du Haut-Katanga, avait accordé la priorité, pendant son premier mandat à la tête de cette entité politico-administrative, à la construction des infrastructures routières et de la voirie sur des artères et des avenues dont l’importance économique est indéniable. C’est le cas de la chaussée de Kasenga demeurée durant plus de dix ans dans un état de délabrement avancé. La route Likasi, l’avenue Lumumba et le Boulevard Kamanyola n’ont pas été de reste. A ce lot de réalisation, il faut ajouter les écoles, les centres de santé situés dans l’ensemble de la province ont également bénéficié du programme de réhabilitation et de reconstruction. L’assainissement qui est également un volet important de la vision de Félix Tshisekedi, est aussi pris en compte. Un chapitre auquel le gouverneur n’avait pas manqué de solliciter la collaboration de l’église catholique romaine par l’entremise de l’archevêque métropolitain de Lubumbashi. Au volet social, plusieurs barrières ont été démantelées sur la route Kasumbalesa– Lubumbashi ou Lubumbashi–Sakania en vue d’éviter les tracasseries sur ces deux voies essentielles dans l’approvisionnement de la capitale cuprifère. Les partisans de Jacques Kyabula apprécient aussi les efforts fournis dans la promotion de la culture de la paix dans l’esprit des populations qui vivent dans le Haut-Katanga. Dans cette logique, la ville de Lubumbashi a accueilli plusieurs conférences visant à promouvoir la réconciliation entre Kasaïens et Katangais, ainsi qu’entre les Katangais eux-mêmes.
C’est compte tenu de ses réalisations qu’il vient d’être réélu aux fonctions de gouverneur par les députés provinciaux du Haut-Katanga.


Pascal Kinduelo 72%

Pascal Kinduelo Lumbu  est un entrepreneur congolais qui a fait sa carrière dans le monde des affaires et le milieu bancaire, surnommé l’argentier de la république. Il est né en septembre 1938, et originaire du Kongo-Central. Il fit ses études primaires à l’institut du Kasai de Kinshasa, très jeune, il se lance dans les affaires, étant tout d’abord changeur de monnaie selon la volonté politique de Mobutu Sese Seko de faire naitre une nouvelle classe d’entrepreneurs, Pascal Kinduelo lance Kilou Olivetti, Alaska.
Pascal Kinduelo Lumbu se fait démarquer en créant la Banque Internationale de Crédit –BIC-, il assume la présidence du conseil d’administration de la BGFI Bank/RDC, il assume aussi le poste d’administrateur de Barclays Bank, et comme président de l’association des banques, administrateur de la Bracongo, ainsi que délégué chez Safricas Congo.
Par sa politique managériale, la société Vodacom Congo est relevée de 2001 à 2006, étant l’un des cofondateurs de Vodacom Congo.
En 2008, il crée la société Sud Oïl, une société de distribution de pétrole qui possède un réseau de sept stations service qu’il vend  en 2011.
Le 24 mars 2011, il est nommé Président de la Commission nationale des Sages du comité de la Fédération des Entreprises –FEC- du Congo, une association sans but lucratif. En juin 2014, il crée la société Kwanza capital et se voit rapidement attribuer le statut d’institution spécialisée, en 2016 la banque centrale du Congo publie un rapport annuel selon laquelle la société Kwanza capital est la seule à avoir ce statut, il est classé en cinquième position parmi les hommes les plus riches de la République démocratique du Congo.


Aimé Molendo Sakombi 66%

Les Affaires foncières ont, en effet, pulvérisé les assignations de 63,2 milliards de francs. Grâce au leadership de Molendo Sakombi, l’administration foncière avait entrepris, avec succès, l’accentuation et la taxation de la redevance sur les concessions ordinaires, le contrôle foncier et immobilier pour signaler des changements illicites d’usage et de configurations des parcelles en vue de taxer les amendes transactionnelles, la numérisation du cadastre foncier.
Pour autant, Sakombi Molendo reconnaît que ses agents et cadres ne sont pas encore rémunérés au diapason de leur engagement. Le numéro un de l’administration foncière s’est dit rassuré qu’une nouvelle ère dans la gouvernance foncière s’installe en RDC. De leur côté, les agents et cadres soutiennent que les Affaires foncières se sont mieux comportées sous le mandat de Molendo Sakombi. Déterminé à éradiquer les antivaleurs, source de désordres et de fuite des recettes dues au Trésor public, le ministre avait initié l’organisation des séminaires de renforcement des capacités des agents et cadres de son ministère de manière à les rendre plus performants dans la réalisation des objectifs leur assignés. Sur le plan conjoncturel, d’importantes réformes comme celles portant bancarisation des transactions foncières et immobilières; le relèvement des taux relatifs aux opérations hypothécaires; le compte centralisateur des flux générés par ces opérations; l’adoption de la nouvelle Mercuriale; la restructuration de la Chambre des experts immobiliers; le projet de création de l’Ordre des géomètres; la création de la Police foncière, la promulgation du Document de politique foncière nationale qui constitue une avancée remarquable dans le processus de la réforme foncière, sont autant d’innovations à mettre à l’actif de Molendo Sakombi.


Nefertiti Ngudianza 67%

La sénatrice Néfertiti Ngudianza Boyokisa Kisulu est née le 19 décembre 1971 à Nsundi Lutete dans le territoire de Luozi, au Kongo Central. Elle est mariée et mère des enfants. Elle a entamé son cursus scolaire aux Etats-Unis où son père avait obtenu une bourse. Elle étudiera la maternelle et le secondaire au pays de l’oncle Sam.
De retour en RDC, elle obtient son diplôme d’État en section commerciale et administrative au Lycée Bosangani. A ce jour, elle est licenciée en droit de l’Université de Kinshasa. Elle débute sa carrière professionnelle en 1999 après avoir passé dans un cabinet d’expertise pendant 6 mois à Kinshasa.
A la faveur de la mutation de son mari, le substitut du procureur le magistrat Kisula, Néfertiti Ndugianza va intégrer le barreau du Kongo. En 2011, la “maman du monde” tel que la surnomme ses fans, va intégrer le barreau de Kinshasa/Gombe et à celui du Kongo Central où elle exerce comme avocate. C’est en 2014, après avoir été dans la société civile, qu’elle intègre la politique lorsque qu’elle est nommée ministre du commerce. En 2019, elle sera la seule femme élue sénatrice du Kongo Central. Elle est l’initiatrice de la fondation Ngudianza qu’elle a fondé en 2015 avec nombreuses réalisations notamment dans le domaine réhabilitation des routes, de dotation des kits scolaires et la distribution des médicaments.

Carole Agito 63%

Née a 1973, elle est une femme politique congolaise. Élue sénatrice depuis 2019 pour la province de Bas-Uélé, questeur à la chambre haute –Sénat- du parlement congolais depuis le 2 mars 2021. Elle a pris officiellement ses fonctions le 5 avril de la même année, à l’instar de tous ses collègues sénateurs.
Après la convocation de la session extraordinaire du 2 février 2021, il a été constaté un changement de majorité au sénat, au profit de sa famille politique de l’union sacrée de la nation. Le président de l’époque, Alexis Thambwe Mwamba, tire les conséquences de ce changement et démissionne le 5 février 2021, soit trois jours après la convocation de ladite session. Ce qui a ouvert la voie à l’élection du nouveau bureau, tous les autres membres de l’ancien bureau ayant démissionnés. Carole Agito se porte alors candidate au poste de questeur. Elle est élue au deuxième tour avec 50 voix contre 45 obtenus par son challenger direct. Mariée, elle et mère de deux enfants. Elle est née à Kinshasa, le. 24 janvier 1973. Elle est licenciée en sciences commerciales et financières. Une chevronnée des Finances qui a fait ses preuves dans plusieurs structures de l’Etat. Les preuves de ses compétences sont attestées par ce qu’elle produit comme résultats, à chaque fois qu’une tâche lui est confiée. À la société nationale d’assurances, comme Directrice générale intérimaire, on retient globalement dans son bilan ce qui suit:
1.   L’élargissement du maillage territorial de la Sonas avec la création de plusieurs points de vente de la société à travers le pays;
2.  Le paiement de plusieurs dossiers sinistres chaque semaine. Pour elle, il n’y a pas meilleur agent publicitaire pour la Sonas qu’un sinistré payé (ancien comme nouveau dossier)
3.  La formation de plusieurs agents et cadres de la société (au pays comme à l’étranger)
4.  La promotion de plusieurs femmes à des postes élevés (même à des postes de direction)

5. La mise en circulation d’un certificat d’assurance automobile sécurisé

6. La signature avec la DGDA et la DGI d’un protocole d’accord concernant le paiement de toutes les assurances obligatoires. C’est désormais la source principale des revenus à la Sonas.


Au sénat où elle a exercé la fonction de questeure depuis le 2 mars 2021, elle y a apporté toute son expertise. Les salaires ont été versés régulièrement. Les sénateurs n’ont accusé que deux mois de retard de salaire depuis son élection à ce poste. Mais cela a été comblé depuis le mois d’avril 2023. Les deux mois de retard afférents s’inscrivent dans un contexte général des finances publiques du pays.
Toutes les autres activités liées à la questure du Sénat ont été gérées avec responsabilité.


Guy Muadiamvita 60%

Nommé Directeur général du Journal Officiel le 21 novembre 2019, Guy Kabombo Muadiamvita avait été  officiellement installé à ce poste le vendredi 6 décembre 2019, à la suite de la cérémonie de remise et reprise au siège de cette institution publique, à Kinshasa, en présence du premier vice-président de l’Assemblée nationale, et d’un des conseillers du chef de l’État. Le nouveau Directeur général du Journal officiel avait laissé entendre qu’il a été nommé pour servir la République démocratique du Congo et non se servir. “Je ne suis pas venu ici pour être servi, mais pour servir. Notre grandeur sera déterminée par la qualité du service que nous allons offrir à notre peuple. Je m’inscris dans la logique de la continuité de l’État « , avait-il déclaré. Le Journal officiel de la République Démocratique du Congo est un service spécialisé de la Présidence de la République qui publie et diffuse les textes législatifs et réglementaires, décisions judiciaires, actes des sociétés, d’association et des partis politiques, dessins, modèles industriels, marques de fabrique ainsi que tout autre acte visé par la loi.

Echos d’opinion

dans la même rubrique

Assemblée nationale : les coulisses du bureau définitif

Après des rebondissements intenses, l'élection du bureau définitif de l'Assemblée nationale s'annonce sous de nouveaux auspices. Augustin Kabuya, le...

Élections de gouverneur et vice-gouverneur annulées: Le conseil d’État sauve la démocratie au Kongo Central

Le Kongo Central, terre emblématique de Kimbangu et de Kasa-Vubu, a vécu lundi dans la soirée un tournant majeur...

Union sacrée : ce qu’on retient de la réunion du présidium

Ce samedi 18 mai, la salle des réunions du bureau privé de l'honorable Augustin Kabuya a accueilli la réunion...

Contentieux électoral au Kongo Central : le parquet général près le conseil d’Etat appelle à...

Le Ministère public près le conseil d'État, gardien des mœurs républicaines, a révélé les irrégularités choquantes des élections du...

Réunion cruciale du présidium de l’Union sacrée : revue des tickets et enjeux majeurs ce...

Le député national Augustin Kabuya a convoqué une réunion d'importance capitale avec les présidents des regroupements de l'Union sacrée...

Première journée de campagne à l’AN : le député Michel Moto mobilise la troupe pour...

Le jeudi 16 mai, le Palais du peuple était le théâtre d'une effervescence particulière, marquant le début de la...

Assemblée nationale : Kamerhe, le retour de l’homme du peuple au Palais du peuple

Depuis l'annonce de la victoire de Vital Kamerhe lors des primaires du 23 avril dernier, l'attention se tourne vers...

Course à la 2ème vice-présidence de l’Ass. Nat : Mboso évite l’humiliation en se retirant

Le député national Christophe Mboso, président du bureau d'âge de l'Assemblée nationale, a surpris ce mercredi en annonçant le...