Rubrique :

Tribunal pénal international pour la RDC, gage du retour de la paix

La création d’un Tribunal pénal international pour la République démocratique du Congo (RDC), est le gage du retour de la paix et de la lutte contre l’impunité. Cette mise en place a été la préoccupation majeure du ministre des droits humains, Fabrice Puela, lors de la 52ième session de Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies tenue le 30 mars 2023 à Genève, en Suisse.

« L’avis pour la création de ce Tribunal a été émis aussi par le Président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, lors du segment de haut niveau du Conseil des droits de l’homme à Genève. Le Chef de l’Etat a appelé à la création de la cour pénale spéciale pour la RDC afin de juger les crimes commis pendant ces années par tous ceux qui sont cités dans le rapport Mapping ainsi que dans différents autres rapports des experts des Nations-Unies », a exprimé à cette occasion, le ministre Fabrice Puela.

Cette position du Président de la République est soutenue par différents acteurs judiciaires, politiques et cadres des provinces de l’Est de la RDC qui pensent que cette cour pourra aider au retour d’une paix durable dans la zone, a-t-il ajouté.

Des avis par rapport à la création de ce Tribunal

Pour Me Ruffin Lukoo, chercheur et juriste, « c’est le combat de plus de 20 ans d’engagement de lutte contre l’impunité en RDC ».

Mme Safi Buhendwa de la société civile du Sud-Kivu a, de son coté, souligné que : « La mise en place d’un Tribunal pénal international en période post-conflit (ou plus ou moins en période de conflit) est un gage pour lutter contre l’impunité pour les crimes graves commis en RDC ». Selon elle, l’indépendance et la transparence de cette cour donnent une certaine crédibilité aux parties, avant de démontrer que « C’est un outil de dissuasion pour les présumés auteurs qui peuvent être arrêtés en tout temps et en tout lieu, et un mécanisme pour rendre justice aux victimes ».

Pour cette activiste des droits de l’homme, ce sont les politiciens à double jeu parfois qui font croire aux populations que ça ne sert à rien. « Elle jouera un rôle important pour le retour de la paix » a rassuré Mme Buhendwa.

« Le tribunal pénal vise tout simplement la répression des criminels et la réparation des préjudices subit par les victimes ou leurs ayants droits », expliqué Me Jules Hakizumwami, avocat et ancien président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu, précisant que l’objectif dette cour, est de rétablir l’équilibre social en apportant un apaisement dans la société ».

Pour qu’il y ait la paix durable en RD-Congo, selon l’ancien président de l’assemblée provinciale du Nord -Kivu, il faut qu’il y ait des institutions fortes, un pouvoir fort, une armée forte capable d’assurer la protection des personnes et des leurs biens ainsi que des frontières du pays. «Cette armée doit être construite par les congolais eux mêmes », a –t-il ajouté

« Le Tribunal pénal à lui seul ne saurait apporter ou rétablir la paix en RDC » a expliqué Floribert Kambale, un natif de Butembo, ajoutant qu’il y’a beaucoup des facteurs sur les quels il faut travailler pour une paix durable. Il s’agit notamment des facteurs économiques, des facteurs sociaux culturels et religieux. Il a proposé qu’il faut gérer une multitude des conflits selon chaque contexte. En plus de la justice qui est un des piliers pour le retour de la paix mais pas le seul.

« Plusieurs défenseurs des droits de l’homme seraient d’accord que la RDC puisse bénéficier de cette juridiction spéciale. Cependant il faut dépasser les étapes des discours et faire une demande concrète au Conseil de sécurité pour que cette cour soit mise sur pied », a souligné Me Blaise Bulonza, avocat au barreau de Bukavu.

Les guerres en République démocratique du Congo (RDC) financent beaucoup des multinationales et des pays qui dirigent ce monde, s’interroge Junior Kombo, étudiant en droit de l’Université de Kinshasa, pour lui, il ne faut pas nous leurrer. Personne ne voudra qu’une paix durable revienne au Congo car la paix serait synonyme de leur « couper les vivres ».

Rappelons que c’est depuis plus de 25 ans que des guerres sanglantes déchirent la RDC, surtout dans sa partie Est. Des crimes graves et indescriptibles y sont commis par des rebelles, mais aussi des armées des pays voisins avec la complicité des certains responsables militaires congolais véreux. Ces guerres ont fait plus de 10 millions des morts, d’où le besoin pour les dirigeants du pays et la population d’y mettre un terme.

Avec ACP

dans la même rubrique

Contentieux électoral au Kongo Central : le Ministère Public persiste et signe « vers l’annulation des...

Kinshasa, 12 juin 2024 Aujourd'hui, le Conseil d'État de la République Démocratique du Congo a été le théâtre d'une audience...

Contentieux électoral au Kongo Central : le regroupement politique A/A-Unc interjette appel contre l’arrêt de...

Le regroupement politique Action des Alliés et Union pour la Nation Congolaise (AA-UNC), a interjeté appel contre l'arrêt de...

Kongo Central/Conflit de compétences entre le Conseil d’État et la Cour constitutionnelle : l’arbitrage du...

Un collectif d'avocats a demandé au chef de l'État Félix Tshisekedi, en sa qualité de Magistrat suprême, d'arbitrer ce...

Contentieux électoral au Kongo Central : Imbroglio entre la Cour constitutionnelle et le Conseil d’État

Au cours d'une interview accordée à la Radio Top Congo FM, maître Willy Wenga, avocat au Barreau de Kinshasa/Gombe,...

Crise judiciaire dans le contentieux électoral au Kongo Central : Félix Tshisekedi appelé à agir...

Lors d'une audience historique qui s'est déroulée ce vendredi 31 mai, la Cour constitutionnelle a émis une décision sans...

Kongo Central : l’étau se resserre autour des fraudeurs électoraux !

Dans un communiqué daté du 11 mai consulté par Lebaromètre.cd, l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) a...

Kongo central : La Cour d’appel de Matadi avalise la fraude électorale !

La décision de la Cour d'appel du Kongo Central d'avaliser la fraude électorale en confirmant l'élection de Grâce Bilolo...

Cour d’appel de Matadi : une décision historique attendue, qui entrera dans les annales judiciaires...

La décision historique annoncée ce mardi 7 mai à la Cour d'appel de Matadi résonnera comme un jalon crucial...