Rubrique :

Surfacturation des travaux dans le cadre du contrat sino-congolais: les responsables congolais indexés

Les dirigeants de l’Agence congolaise des travaux (ACGT) et Moïse Ekanga, ancien responsable chargé de la coordination et du suivi du contrat «mines contre infrastructures», seraient les auteurs de la surfacturation des travaux d’infrastructures constatée dans la convention signée en 2008.

D’après des sources proches de l’Inspection générale des finances (IGF), les sociétés chinoises sous pression ont accepté la revisitation du contrat sino-congolais mais rejette la responsabilité de la surfacturation aux responsables congolais eux-mêmes.

« Le Bureau technique de contrôle (BTC) a rapporté que sur les 822 millions de dollars américains qui ont été décaissés par la Sicomines pour des travaux d’infrastructures, seuls 300 millions de dollars ont réellement atterri dans la caisse du trésor public », renseignent des sources proches de l’IGF.

Selon le rapport, 522 millions USD ont pris un chemin autre que celui pour lequel ils ont été décaissés. Ce qui laisse penser que les gestionnaires de cet ambitieux projet de développement des infrastructures routières et autres sur l’ensemble du territoire national ont excellé dans des magouilles occasionnant une perte de plus de 500 millions de dollars à l’État congolais.

L’Inspection dirigée par Jules Alingete a dénoncé les « déséquilibres » du contrat chinois signé en 2008 entre la République Démocratique du Congo (RDC) et le groupement d’entreprises chinoises.

Pour cette institution de contrôle des finances, l’État congolais n’a bénéficié que de 800 millions USD sur des revenus évalués à 10 milliards USD dans l’exploitation de la Sicomines.

Le même document de l’IGF renseigne que les chinois ont gagné, durant 14 ans, environ 90,9 milliards de dollars américains contre les engagements à leur charge de 6,2 milliards USD.

« La Sicomines a mobilisé, en 14 ans, des financements d’un montant total de 4 471 588 685,14 USD et n’a consacré que 822 190 060,14 USD pour le financement des travaux d’infrastructures, soit 18,38% du financement total mobilisé », souligne le rapport.

Les enquêtes de l’IGF ont aussi révélé le manque de visibilité et d’impact des travaux exécutés et leur sélectivité injustifiée en violation de l’annexe C de la Convention du 22 avril 2008.

A l’ouverture de la session du mois de mars 2023 de l’Assemblée nationale, tenue le 21 mars, le speaker de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso annonçait également un contrôle parlementaire sur le contrat sino-congolais.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

Récupération du parc immobilier de l’Etat: l’Ogefrem et les autres receleurs aux abois !

Dès son entrée au gouvernement à la tête du ministère en charge de l'Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu avait...

Le Comité de Conjoncture Économique présidé par le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde annonce pour...

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a présidé, ce mercredi 31 mai 2023, la traditionnelle réunion du Comité...

ARSP: Grâce au management du DG Miguel Katemb, les opérateurs des télécoms en RDC prêts...

Les entreprises de télécommunications en République démocratique du Congo (RDC), notamment Vodacom, Orange, Airtel, Africell, Microcom et Ispa, ont...

A Shenzhen, Félix Tshisekedi obtient un protocole d’accord du développement numérique avec Huawei

Poursuivant sa visite d'Etat en Chine , le président Félix Tshisekedi Tshilombo est arrivé dimanche à Shenzhen .Dans cette...

Importation de farine et de grains de maïs : A Lusaka, Vital Kamerhe obtient le...

La visite de Vital Kamerhe en Zambie constitue une dernière étape dans la recherche de solutions à la pénurie...

Budget programme : le gouvernement congolais accueille des réformes transversales

Le gouvernement congolais a adopté un projet de loi portant modification et complément de la loi relative aux finances...

Programme de développement de 145 territoires: un ATA mise en place pour le relèvement du...

Dans le cadre du programme de développement de 145 territoires mis sur pied par le président de la République,...

Des ponts délabrés entravent l’acheminement de denrées alimentaires dans la province du Kasaï

Dans la province du Kasaï, plusieurs ponts sont dans un état de délabrement avancé, rendant difficile le transport des...