Rubrique :

La RDC déterminée à stopper les “ambitions balkanisatrices” de Kagame, selon le diplomate congolais à l’ONU

Kinshasa n’entend pas laisser l’homme fort de Kigali (Paul Kagame) de matérialiser son plan de balkanisation. La RDC défendra chaque pouce de son territoire.

C’est la déclaration faite ce mercredi 19 avril par le représentant permanent de la RDC, Georges Nzongola Ntalaja au Conseil de sécurité de l’ONU, qui tacle « Kagame, qui vient d’une famille royale, aimerait accomplir ce que ses ancêtres ont échoué à faire »

Alors que le torchon brûle toujours entre la RDC et le Rwanda parrain des rebelles du M23, Georges Nzongola s’est fulminé des récentes déclarations « dangereuses », appelant à redéfinir la démarcation des frontières dans la région des Grands lacs.

« Ces propos, que le Conseil de sécurité doit condamner et rejeter, révèlent des velléités expansionnistes qui exacerbent les tensions dans la région », a demandé le diplomate congolais qui rappelle que « l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation est un principe clef qui a été consacré par l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) dès le 21 juillet 1964 au Caire ».

Le représentant de la RDC à l’ONU a tenu à clarifier un point mentionné dans le rapport du secrétaire général de l’ONU au sujet des FDLR. Contrairement aux « accusations mensongères » selon lesquelles l’armée congolaise collabore et soutient ce groupe armé, il a cité cinq opérations d’envergure unilatérales et conjointes que les Forces armées congolaises (FARDC) et les Forces de défense rwandaises (RDF) ont menées contre les FDLR entre janvier 2009 et février 2022.

Une autre accusation formulée par les Rwandais, a-t-il relevé, est que les Congolais ne feraient que se plaindre, alors qu’ils sont responsables de leurs problèmes et manifestement incapables d’analyser les causes profondes de leurs faiblesses. Or, les racines de la crise congolaise sont le fait du Rwanda et non du Congo, a rétorqué le représentant permanent de la RDC.

Pour le représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, Zhang Jun a appelé la communauté internationale à soutenir les pays de la région des Grands lacs pour rédynamiser le processus important initié par l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région signé en février 2013.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

RDC : réaction ferme du gouvernement contre une tentative du putsch

Le gouvernement congolais du Congo a vivement condamné l'attaque survenue aux premières heures de dimanche, visant le Palais de...

Débat enflammé autour de la Constitution : la réaction d’Augustin Kabuya

La proposition du président, Félix Tshisekedi sur la modification de la Constitution, a suscité une controverse intense. Augustin Kabuya,...

Tshisekedi appelle à une refonte Constitutionnelle

Lors de sa rencontre avec la diaspora congolaise en Belgique le 3 mai dernier, le président de la République,...

Les vraies raisons de la présence de Vital Kamerhe dans la délégation du chef de...

La question est cruciale, surtout étant donné les spéculations entourant la qualité de la participation de Vital Kamerhe à...

Crise au FONER : la démission de Pierre Bundoki réclamée!

Au sein du Fonds national d'entretien routier (FONER), une vague de mécontentement gronde parmi les agents, exigeant la démission...

Renaissance minière : le Dg Pistis Bonongo impulse un nouveau départ à la Sokimo

La Société minière de Kilomoto - Sokimo, sous la direction déterminée de son Directeur Général, Pistis Bonongo Tokole, franchit...

Reformes institutionnelles et décentralisation : le ministre d’État Eustache Muhanzi invite les fonctionnaires de son...

“ Je suis revenu pour vous dire que je ne vous ai pas abandonner. Continuons à nous battre ensemble...

Rapport de Kabuya remis à Tshisekedi : vers un nouveau Premier ministre

Ce vendredi 29 mars, à la cité de l'Union africaine, l'informateur désigné Augustin Kabuya a présenté au chef de...