Rubrique :

Frais d’Exetat détournés : l’IGF sur la piste des Usd 36 millions !

L’Inspection générale des finances (IGF) a intensifié son contrôle à la Direction nationale de contrôle, de la préparation de la paie et de la maîtrise des effectifs des enseignants et du personnel administratif des établissements et scolaires (Dinacopé), visant à retracer les 36 millions de dollars issus de l’organisation de la dernière édition de l’Examen d’État.

Malgré les obstacles rencontrés, les inspecteurs de l’IGF, épaulés par le parquet, cherchent à clôturer cette vérification. Les recettes générées par l’édition 2023 de l’examen posent des questions sur leur utilisation, notamment les frais de participation de 30 dollars par élève.

Les inspecteurs avancent méthodiquement pour élucider cette affaire, suscitant des réactions mitigées, entre dénonciations de « raccordements frauduleux » et « gesticulations » du ministre de l’EPST. La réquisition récente renforce la détermination des inspecteurs, chargés de contrôler la gestion des fonds à la Dinacopé et de clarifier les possibles irrégularités.

Les inspecteurs devront se pencher sur la destination des fonds alloués à la Dinacopé, notamment pour le fonctionnement des écoles et les frais d’examen. Une pression accrue pèse sur ces agents, avec l’obligation de diligenter un rapport détaillé en cas de constat d’irrégularités.

Le Parquet évoque ouvertement des suspicions de détournement, mettant en lumière des antécédents sinistres dans le secteur, tels que l’emprisonnement d’anciens responsables pour malversations financières. La situation se corse avec la disparition du comptable public de la Dinacopé et des investigations qui s’annoncent délicates.

Les enjeux sont de taille pour les inspecteurs de l’IGF, confrontés à une mission complexe et sous haute surveillance judiciaire. La pression est à son comble pour élucider le mystère entourant les 36 millions de dollars disparus, mettant en lumière les failles potentielles dans la gestion des fonds alloués à l’éducation.

Des poursuites judiciaires pourraient rapidement suivre si des détournements sont avérés, renforçant la nécessité d’une transparence totale dans la gestion des ressources publiques.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

Défis économiques : la révérende sœur professeure Brigitte Anibiloni se penche sur la dédollarisation lors...

Mercredi 10 juillet dernier, l'amphithéâtre de l'Université de Kisangani (Unikis) était rempli d'étudiants, enseignants et chercheurs pour assister à...

UNIKIS : la campagne de dénigrement contre Jean Faustin Bongilo démasquée

Depuis sa prise de fonction il y a trois ans à la tête de l'Université de Kisangani, le Professeur...

Passation de pouvoir à l’ISTM Kisangani : un mandat fructueux prend fin

L'investiture du nouveau représentant général et de son adjointe de l'ISTM Kisangani s'est déroulée le mardi 25 juin dans...

UNIKIS : améliorations majeures sous la direction du professeur Jean-Faustin BONGILO Boendy

L’Université de Kisangani (Unikis), sous la direction du professeur Jean Faustin Bongilo, connaît une série d’améliorations significatives visant à...

Vital Kamerhe face aux étudiants de l’Unikin : regards sur le développement économique de la...

Ce jeudi 20 juin, l'Université de Kinshasa (Unikin) accueillera une conférence-débat exceptionnelle animée par le professeur Vital Kamerhe, président...

Révolution à l’IBTP Kisangani : encadrement renforcé des étudiants pour une formation de qualité

L'Institut de bâtiment et travaux publics (Ibtp) de Kisangani a organisé mardi 18 juin une rencontre avec les entrepreneurs...

UNIKIS : les étudiants sensibilisés à l’entrepreneuriat agricole

Depuis le samedi 15 juin, le comité de gestion de l'Université de Kisangani (UNIKIS) met en avant une nouvelle...

UNIKIS : améliorations majeures sous la direction Jean Faustin Bongilo…

L'Université de Kisangani (Unikis), sous la direction du professeur Jean Faustin Bongilo, connaît une série d'améliorations significatives visant à...