Rubrique :

Sondage Le Peuple d’abord:Le Top 10 des personnalités qui ont le profil du Premier Ministre de la RDC

Le premier quinquennat du président de la République, Chef de l’Etat, s’est achevé avec un bilan que les Congolais ont qualifié de positif. Au cours de cette période, des actions titanesques ont été entreprises en vue de relancer le travail dans tous les secteurs, de produire des résultats susceptibles de tirer le pays du gouffre, et de le remettre sur la scène internationale.
Pour y arriver, un certain nombre de personnalités ont véritablement accompagné le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dans la mise en œuvre de la vision qu’il porte, celle de rebâtir le pays et de réaliser, autant que faire se peut, le bien-être de la population.


Bien évidemment, la RDC a dû faire face à d’innombrables défis lui lancés par des forces exogènes qui tiennent à faire main basse sur ses richesses du sol et du sous-sol. Tel est notamment la guerre que le Rwanda, en dépit de la bonne volonté affichée par les autorités congolaises, continue à mener la guerre contre notre pays dans la partie Est, provoquant ainsi un immense drame humanitaire.
Malgré la poursuite des hostilités sur lesquels la Communauté internationale ferme les yeux, et en ce début du deuxième mandat du Chef de l’Etat, l’institut d’études et d’analyses politiques et sociales a jugé utile d’interroger la population afin qu’elle désigne, en connaissance de cause, les personnalités ayant le profil du futur Premier ministre capable d’aider le président de la République à relever, comme il se doit, les multiples défis qui se profilent à l’horizon de la RDC.
L’institut d’études et d’analyses politique et sociale publie ci-dessous, une liste de 10 personnalités dont le profil répond aux critères du bon Premier ministre pour le second mandat de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Gentiny Ngobila


Né le 20 septembre 1963 à Kinshasa, il a fait ses études supérieures au Conservatoire national des arts et métiers –CNAM- de Paris, où il obtient son diplôme de licence en administration et gestion des personnels. Tout au long de son mandat en qualité de gouverneur, Gentiny Ngobila Mbaka a rendu à la capitale sa beauté d’antan. Pour ce faire, il s’est efforcé, malgré la modicité de moyens à sa disposition, de lutter contre l’insécurité, l’insalubrité, y compris les nuisances sonores. Ce véritable Kinois est à la fois entrepreneur culturel, sportif et politique. Il s’est constamment préoccupé de la qualité de vie de ses administrés. Grâce à lui, les grandes artères de la ville sont embellies par des fleurs, créant ainsi des espaces de loisirs pour les Kinois. C’est sur base de ses réalisations que la population kinoise  dans son ensemble reconnaît le remarquable travail fait par lui. C’est le cas, entre autres, de l’opération Kin-Bopeto qui permet de débarrasser la ville des montagnes d’immondices qui jonchaient les artères. Les jardins publics et les espaces de loisirs sont érigés, permettant aux Kinois de se détendre dans un environnement sain. La transparence et la bonne gestion financière attestées par l’Inspection générale des finances –IGF- est aussi relevé par les kinois. Mais aussi le bitumage et la réhabilitation des avenues et rues pour désenclaver les communes et quartiers, de sorte que la ville province est devenue un vaste chantier. D’une manière incontestable, Gentiny Ngobila est considéré de nos jours comme le Gouverneur qui a convaincu par ses réalisations au cours des 20 dernières années.


Jacques Kyabula


Né à Likasi le 13 mars 1976, il a fréquenté le collège Tutazamie avant de rejoindre les sciences politiques à l’université de Lubumbashi d’où il est licencié en sciences politiques et administratives. Respectant l’exercice de redevabilité, le gouverneur Jacques Kyabula a régulièrement présenté le bilan de ses activités à l’opinion publique nationale. Question pour lui d’expliquer ce qu’il a fait, les difficultés rencontrées, ainsi que les perspectives d’avenir. Ce, en rapport avec le plan de développement qu’il avait présenté à l’assemblée provinciale lors de l’investiture de son gouvernement. D’une manière générale, son bilan est jugé largement positif dans le secteur de sécurité, de développement, l’agriculture, la santé, l’éducation et la cohabitation pacifique entre les communautés.
Sur le plan sécuritaire, Jacques Kyabula affirme que la situation est sous contrôle. «Aujourd’hui, les gens savent dormir paisiblement nonobstant les cas de vols simples signalés ici et là. Nous continuons d’y travailler pour réduire sensiblement, si pas éradiquer, cette insécurité. Nous avons donc répondu au besoin de la population et nous en sommes fier», dit-il. Pour ce qui est des infrastructures, le gouverneur dit avoir mis en place un plan de construction des infrastructures aussi bien dans la capitale cuprifère que d’autres coins du Haut-Katanga.. Concernant les routes, Jacques Kyabula a mené des actions en villes comme dans les milieux ruraux. Pour lui, aucun développement ne peut être envisagé sans routes.
Evoquant l’agriculture, le gouverneur Jacques Kyabula s’est félicité de l’héritage du projet des villages agricoles avec 3.500 hectares subventionnés avant son avènement à la tête de l’exécutif provincial, en relevant les innovations de son gouvernement.


Augustin Kibasa


Fils de Frédéric Kibassa Maliba, cofondateur de l’DPS, Augustin Kibassa Maliba est originaire du territoire de Kasenga. Il a fait ses études primaires à Kinshasa, à l’école Cardinal Malula et ses études secondaires à l’école Massamba où il obtient son diplôme d’état (option : math-physique), puis une formation pré-universitaire au collège Saint Laurent (1994-1998) et obtient sa licence (baccalauréat plus 5) en Administration des affaires, option finance à l’Université du Québec à Montréal au Canada.
Dans le cadre de la modernisation de la Poste, le ministre des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la communication, Augustin Kibassa Maliba s’est notamment signalé, pendant son mandat, par le lancement de la machine à affranchir intelligente. Celle-ci rentre dans le cadre des efforts en vue de la digitalisation et numérisation des services postaux à travers l’intégration d’un nouvel outil intelligent qui appuie la sureté dans l’exploitation. Salon lui, l’utilisation de cette machine à affranchir intelligente dans les 360 points de présence où la poste est disséminée en RDC, est une réponse pratique dans la réalisation du plan national du numérique, une vision du chef de l’Etat Félix Tshisekedi..


Marie José Ifoku


Née le 6 février 1965 à Kinshasa, elle est une femme politique congolaise, et s’était portée candidate aux élections présidentielles du 23 décembre 2018 et de décembre 2023.
Mariée à Jacky Kazadi Nduba, Marie-Josée Ifoku est mère d’une famille de huit enfants et grand-mère de trois petits-enfants. Elle a passé une partie de son enfance entre la Hollande et la Belgique avant de terminer ses études secondaires au lycée Kabambare de Kinshasa. Ensuite, elle poursuit en France des études universitaires en PAE (Pouvoir Administration et Échange) à l’Paris 8. Plus tard, à l’Université du Québec à Hull, elle continue des études en administration. Au Canada, elle travaille comme agent immobilière et ensuite chez un concessionnaire automobile Ford.
Revenue en RDC en 2004, elle travaille pour les sociétés Tractafric et ATC en tant que directrice commerciale, et Congo Motors au poste de directrice générale.
En 2015, Marie-Josée Ifoku fait son entrée en politique au poste de Commissaire spéciale adjointe de la Tshuapa, province issue du démembrement du Grand Équateur, avant d’y exercer les fonctions de vice-gouverneur et par la suite celle de gouverneure jusqu’aux élections. Elle se consacre à la direction de son parti politique centriste dénommé l’Alliance des Elites pour un Nouveau Congo.


Guy Loando Mboyo


Le ministre d’État est licencié en droit de l’Université de Kinshasa, et avocat. Il a marqué son mandat par des efforts visibles pour transformer un service autrefois dilué dans d’autres secteurs, en un ministère à part entière. Des améliorations ont été observées dans la mise en place de nouvelles structures et de textes pour accompagner la vision renouvelée de ce ministère. Depuis sa nomination, il a démontré sa détermination à faire évoluer l’Aménagement du Territoire. L’une des avancées notables réside dans les efforts de structuration du ministère. L’établissement de textes réglementaires et de structures spécialisées dont le Fonds de l’Aménagement du Territoire, l’Agence Nationale de l’Aménagement du Territoire, l’Observatoire de l’Aménagement du Territoire, a posé des bases solides pour accompagner la nouvelle vision de l’aménagement du territoire en RDC. Le ministère de l’Aménagement du Territoire s’est concentrer sur le renforcement des capacités locales. La création d’outils de planification spatiale et l’apport d’un soutien technique aux provinces et aux entités territoriales décentralisées ont contribué à améliorer la gestion et la gouvernance territoriales.
Parmi ses réalisations marquantes, l’on peut mentionner les évaluations exhaustives des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables du sol et du sous- sol de notre pays. Cette démarche initiée sous sa direction, démontre son engagement envers la préservation de ces ressources vitales pour les générations futures.


Mukoko Samba


Né en 1959, il est un économiste et politicien. Professeur d’économie à l’Université de Kinshasa, il a été directeur de cabinet du Premier ministre Adolphe Muzito et collaborateur du Programme des Nations unies pour le développement-PNUD. Il occupe le poste de ministre du Budget dans le gouvernement Matata Ponyo à partir du 28 avril 2012. Il est originaire de la province du Kongo Central et membre du parti lumumbiste unifié-PALU.


Laurent Batumona


Laurent Batumona Nkhandi Kham est un homme politique congolais, et a été député national de la circonscription de la Funa à Kinshasa.
Il est diplômé de l’école nationale des finances (1984), et président de son parti politique, le Mouvement de solidarité pour le changement-MSC. En novembre 2005, il avait été nommé vice-ministre des Travaux publics. En 2006 il est député provincial de Kinshasa élu sur la liste du Rassemblement congolais pour la démocratie. Il a également été vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa.


Michel Bongongo


Après sa formation de philosophie dans une université catholique au Liban, cette personnalité qui devait devenir prêtre, avait exercé des fonctions dans l’appareil sécuritaire du maréchal Mobutu. Il a été vice-président de l’Assemblée régionale de 1985 à 1989 et son président de 1989 à 1990, sans jamais renier le président-fondateur en dépit des turbulences ayant marqué la période de transition. Il a été sénateur représentant l’Équateur. Membre du Mouvement de libération du Congo –MLC- et de l’Union des Forces du Changement. Ce professeur de l’Université Pédagogique Nationale, UPN, va ensuite exercer les fonctions de ministre d’État du Budget de 2014 à 2016; puis de ministre de la Fonction Publique de 2016 à 2019, et assumera l’intérim du ministre de la Défense Nationale et des anciens combattants. Michel Bongongo Ikoli Ndombo, dont les compétences ne sont plus à démontrer, est un grand homme d’Etat, travailleur, rigoureux et surtout capable de s’adapter aux situations.
C’est pendant son intérim à la Défense nationale qu’il traita le dossier des militaires retraités qui n’avaient pas touché leurs indemnités. Juste après, militaires et policiers se sont rendus au camp Kokolo pour le dépistage du cancer de sein et du col de l’utérus chez le personnel féminin de l’armée et de la police.


Didier Budimbu


ll est le fils de l’ambassadeur Dikumbaka Budimbu, professeur de l’université pédagogique nationale de Kinshasa et de l’université de Kisangani. Le ministre s’est fait fort de présenter les opportunités d’investissement et de partenariat dans le secteur pétrolier et gazier en amont de la RDC, en plein essor. Suite à l’attribution de licences d’exploration et de production dans trois blocs à Symbion Power, Winds Energy & Production et Alfajiri Energy dans le cadre d’un cycle d’attribution de licences comprenant 27 blocs onshore en 2022, le marché amont de la RDC est devenu de plus en plus attractif pour les acteurs E&P de premier plan. Représentant l’une des dernières frontières pour le pétrole et le gaz, la RDC recherche des investissements étrangers et la participation du secteur privé pour libérer tout le potentiel du marché terrestre. À ce jour, les activités d’exploration menées par des entreprises telles qu’Atlantic Ocean et Cohydro et les campagnes de production menées par Perenco ont joué un rôle déterminant dans la croissance du marché de l’énergie du pays. Toutefois, la RDC envisage d’ouvrir encore davantage le marché onshore, ce qui constitue une preuve éclatante de l’engagement du gouvernement à stimuler la croissance socio-économique grâce au pétrole et au gaz.


Vital Kamerhe


Le vice- Premier ministre, et ministre de l’économie nationale, a obtenu son doctorat en sciences économiques et développement, de Hellenic american University d’Athènes, en Grèce. Celui qui prend toujours le président brésilien Lula da Silva comme son modèle, a fait ses études dans plusieurs écoles à travers la RDC. D’abord à l’école primaire Buholo 3 de Bukavu, à l’école primaire de la ville de Goma, à l’Institut Saint Armand de Ngandajika, à Lodja, à Kikwit, à Kananga, à l’Institut Mulemba/EDAP ISP- Mbujimayi, où il a décroché son diplôme d’État en Math-Physique et Lauréat du grand Kasaï en 1980.
Il est allé par la suite, à l’Université de Kinshasa à la faculté de sciences économiques où il a décroché sa licence en économie rurale avec mention distinction, ce qui lui a ouvert la voie à l’assistanat. Il s’est dit déterminé à mettre son savoir au service de la RDC, dans le gouvernement de Félix Tshisekedi, afin d’apporter sa modeste contribution aux multiples défis, d’ordre sécuritaire, économique, social, auxquels le pays fait face présentement.


Sondage Echos d’opinion

dans la même rubrique

Assemblée nationale : les coulisses du bureau définitif

Après des rebondissements intenses, l'élection du bureau définitif de l'Assemblée nationale s'annonce sous de nouveaux auspices. Augustin Kabuya, le...

Élections de gouverneur et vice-gouverneur annulées: Le conseil d’État sauve la démocratie au Kongo Central

Le Kongo Central, terre emblématique de Kimbangu et de Kasa-Vubu, a vécu lundi dans la soirée un tournant majeur...

Union sacrée : ce qu’on retient de la réunion du présidium

Ce samedi 18 mai, la salle des réunions du bureau privé de l'honorable Augustin Kabuya a accueilli la réunion...

Contentieux électoral au Kongo Central : le parquet général près le conseil d’Etat appelle à...

Le Ministère public près le conseil d'État, gardien des mœurs républicaines, a révélé les irrégularités choquantes des élections du...

Réunion cruciale du présidium de l’Union sacrée : revue des tickets et enjeux majeurs ce...

Le député national Augustin Kabuya a convoqué une réunion d'importance capitale avec les présidents des regroupements de l'Union sacrée...

Première journée de campagne à l’AN : le député Michel Moto mobilise la troupe pour...

Le jeudi 16 mai, le Palais du peuple était le théâtre d'une effervescence particulière, marquant le début de la...

Assemblée nationale : Kamerhe, le retour de l’homme du peuple au Palais du peuple

Depuis l'annonce de la victoire de Vital Kamerhe lors des primaires du 23 avril dernier, l'attention se tourne vers...

Sondage Echos d’opinion: Les hommes capables de diriger le Sénat sans faire ombrage au président...

Depuis le 29 avril dernier, l’on connait les nouveaux sénateurs élus par les députés provinciaux. Ce sont donc eux...