Rubrique :

Kwamouth, Mboso alerte sur la gravité de l’insécurité !

Au moins 300 personnes ont été tuées et des milliers d’autres forcées à se déplacer à cause des violents affrontements entre Téké et Yaka, dans le Sud-Ouest de la RDC.

Cette situation préoccupe au plus point le speaker de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso qui alerte « la situation sécuritaire à Kwamouth, territoire situé dans la province de Maï-Ndombe est grave. »

Le territoire de Kwamouth, enregistre des violents affrontements entre les communautés Téké et Yaka depuis le début du deuxième semestre 2022.
Des personnes armées se réclamant membres de ces tribus s’attaquent mutuellement à cause d’un conflit foncier de longue date.

A la plénière de jeudi, le président de l’Assemblée nationale a indiqué que cette crise sécuritaire a déjà atteint la partie Est de la capitale, Kinshasa. « La situation est grave, et c’est près de la ville de Kinshasa. Nous n’avons plus le contrôle du fleuve. Des jeunes marins ont été assassinés, tous ont péri. Et c’est à Kinshasa/Maluku », dit-il avec regret.

L’Archevêque de Kinshasa, le cardinal Fridolin Ambongo et le président de la République du Congo Denis Sassou N’guesso, ont passée en revue sur cette situation de l’insécurité à Kwamouth, qui selon eux, a un impact direct.

Au regard de la gravité, Christophe Mboso appelle les institutions compétentes à prendre leur courage pour mettre fin à « ce banditisme », en procédant aux arrestations des auteurs et leurs complices.

« Quand on procédera à ces arrestations parce que je le dis ici, on criera que Mboso est complice. Tous vivons ici et avons la même population aux Plateaux, à Kwamouth, Maï-Ndombe, au Kwango, Masisi, Rutshuru… Après on va crier partout, c’est Mboso qui a dit qu’il faut citer des noms », déclare-t-il.

« Qui ne les connait ? », s’interroge-t-il avant de souligner que « certains mangent avec nous. Après avoir trempé dans ces opérations louches, on vient ensuite acheter des maisons à Kinshasa. »

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a exhorté le gouvernement à traiter de toute urgence les litiges de longue date liés au pouvoir coutumier et aux droits fonciers afin d’éviter la récurrence de telles violences.

L’organisation de la société civile a fait remarquer que le gouvernement n’a pas renforcé les effectifs des forces de sécurité provinciales, pourtant débordées, avant le mois de septembre, et n’a pas fourni une aide adéquate aux plus de 50 000 personnes déplacées par les violences.

Nicolas Kayembe

dans la même rubrique

Kasaï central : Mise en place d’une commission d’arbitrage et réconciliation à l’assemblée provinciale

Dans la plénière de ce lundi 10 juin 2023, une nouvelle commission constituée de plus de 8 membres en...

Kongo Central : forte suspicion de fraude électorale aux scrutins des sénateurs et gouverneurs

Un groupe de députés provinciaux du Kongo Central a vivement critiqué les irrégularités qui ont marqué le scrutin pour...

Un duo dynamique pour la Tshopo : Kanga et Lendongolia pour redresser la gestion chaotique...

La Tshopo, province autrefois en déclin, a trouvé une nouvelle lueur d'espoir avec l'élection de Matheus Kanga et Paulin...

Tshopo: Sylvain Alongo après le dépôt de son projet de société : “je vous assure...

Le professeur Dr Sylvain Alongo Longomba, candidat indépendant au gouvernorat de la Tshopo, a déposé son projet de société...

Violation de la loi par Madeleine Nikomba : l’appel à l’ordre de la NDSCI Tshopo

Me Christian Kambi, président de la Nouvelle dynamique de la société civile - NDSCI Tshopo, a souligné l'importance de...

Kongo Central , violation flagrante de l’article 8: un Vice-gouverneur en fonction siège en même...

La Cour d'appel de Matadi est appelée à faire respecter les textes. Ne pas invalider la candidature du Vice-gouverneur...

UNIKIS: Relance des activités de l’aumônerie par la communauté Catholique universitaire

Après des années de léthargie, la communauté catholique universitaire de Kisangani a décidé de se mobiliser pour relancer les...

Assemblée provinciale de la Tshopo: Matheus Kanga attend d’être jugé par les actes

Dans un discours poignant prononcé mardi 26 mars lors de son installation en tant que président de l'Assemblée provinciale...