Rubrique :

L’Eglise catholique bouleversée !

A la veille de la fête de Noël 2023, le Pape François a offert aux homosexuels et aux lesbiennes, un cadeau: la déclaration Fiducia supplicans (La confiance suppliante) publiée par le Dicastère pour la Doctrine de la foi. Ce document demande dorénavant aux prêtres de bénir les couples formés par des personnes de même sexe. Un gros scandale !

Il n’a fallu que quelques heures pour que le document publié le lundi 18 décembre 2023, suscite de fortes réactions «sur la signification pastorale des bénédictions». En Afrique, les prêtres et évêques n’ont pas caché leur désarroi.
« Je ne suis ni philosophe, ni théologien, je m’exprime ici en ma qualité de simple chrétien catholique qui serait devenu prêtre dans mon diocèse de Lisala, dans la province de la Mongala, si mon père ne s’y était pas opposé. J’ai néanmoins été au Vatican, et connais le fonctionnement des dicastères (ministères), notamment celui en charge de la Doctrine de la foi ».

Certes, nous dira-t-on, l’église catholique a survécu à de fortes crises qui ont failli l’engloutir par le passé. Cela est vrai. Et puis, nous étions habitués à la rigueur dans l’exégèse de textes bibliques par le Cardinal Ratzinger devenu Pape sous le nom de Benoit XVI. Son prédécesseur, le Pape Jean-Paul II, avait mis toute son énergie dans la consolidation de la foi face aux mutations provoquées par la chute du Mur de Berlin.
Mais, ce pape venu d’Argentine et Jésuite de son état, risque de provoquer, de faire perdre la foi à de milliers de chrétiens catholiques qui ne savent plus sur quel chemin il nous amène. Depuis qu’il est monté sur le trône de Pierre, ses prises de position ne cessent d’étonner, voire de susciter des fortes inquiétudes chez les Catholiques. Nous avons du mal à nous expliquer que l’Autorité suprême de cette église catholique qui a évangélisé l’Afrique, qui nous a apporté la Bible et nous a fait connaître et accepter Jésus le Christ comme Sauveur, soit celle-là même qui accepte le péché, et qui veut qu’il soit béni.
Cela nous attriste profondément. Ainsi, quelles que soient les explications que peut donner le Vatican, le mal est déjà fait. Le sable jeté dans le bénitier fait bouger toute l’église. Si «la doctrine sur le mariage ne change pas et la bénédiction ne signifie pas l’approbation d’unions entre divorcés ou personnes homosexuelles, pourquoi alors demander aux prêtres, africains surtout, de bénir. N’est-ce pas un accord tacite que l’on donne à ce type de mariage? Par ailleurs, si le mariage, selon les autorités catholiques, se définit toujours comme «une union exclusive, stable et indissoluble entre un homme et une femme, naturellement ouverte à la génération d’enfants, pourquoi nous faire croire qu’«Il est possible de bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe, sous une forme qui ne doit pas être fixée rituellement par les autorités ecclésiales, afin de ne pas créer de confusion avec la bénédiction propre au sacrement du mariage»? Tout ce que ce Pape avec des évêques qui partagent son point de vue peuvent dire, leurs subtilités de langage –la bénédiction liturgique (sacramentale) et la bénédiction pastorale- ne convaincront pas du tout les prêtres et les chrétiens catholiques africains qui croient fermement aux valeurs enseignées par la Bible.
Car, «Fiducia supplicans ne fait aucune distinction entre des relations naturelles et celles que la morale traditionnelle a toujours désignées comme étant contre nature, c’est-à-dire directement contraires à la nature de l’homme et à son bien, et à la finalité de l’activité sexuelle». «Ses ambiguïtés sont gravissimes et aboutiront nolens volens à favoriser le péché mortel», estime une théologienne.
Pour elle, ce document est «gravement problématique» et conduira certainement au rejet de la vérité biblique par de nombreux chrétiens et même à une perte de la foi».

Les réactions qui fusent de toutes parts en Afrique, viennent une fois de plus nous rappeler que le Pape est un être humain comme tout autre, qu’il n’est pas Dieu, et que la parole divine ne vient que de ce que Jésus a enseigné. Je rejoins donc aujourd’hui tous ceux qui, dans l’Église catholique, souffrent pour ce texte régressif qui ne fera aucun bien mais plutôt beaucoup de mal.

YAMAINA MANDALA

dans la même rubrique

Hommage pour le regretté pasteur Baruti, chef de l’Église du Tabernacle

Le décès du pasteur Baruti, figure éminente de l'Église du Tabernacle au Congo, le samedi 1er juin, a suscité...

Marcello Tunasi exhorte à dépasser les clivages des « Golois » et des « Warriors...

Lors de son prêche dimanche dernier, le pasteur Marcelo Tunasi a encouragé ses compatriotes à élargir leurs perspectives au-delà...

Prophéties et incrédules : Joël Francis Tatu réplique-t-il Marcello Tunasi ?

Le prophète Joël Francis Tatu suscite l'intérêt en remettant en question le scepticisme entourant les prophéties, s'interrogeant sur la...

Moïse Mbiye dénonce : “aujoud’hui ici au Congo, à Kinshasa, il y a des pasteurs...

Dans un discours poignant depuis la chaire de l'église Cité Bethel à Kinshasa, le pasteur Moïse Mbiye a vivement...

Joël-Francis Tatu défend l’écoute de la musique “mondaine”, selon la Bible

Lors de son passage dans l'émission « Afroziks » animée par Fanfan Nsumpi, le prophète Joël-Francis Tatu a abordé...

Joël Francis Tatu n’en peut plus, son cœur saigne

Le prophète Joël Francis Tatu, figure respectée de l'église Porte des Cieux, exprime sa profonde tristesse face à l'attitude...

ALPHA 40 : Marcello Tunasi triomphe malgré les intempéries

Ce vendredi 16 février, malgré les prévisions prometteuses, le stade Tata Raphaël de Kinshasa a été le théâtre d'une...

Marcelo Tunasi clarifie sa position : “Je n’ai pas dit que la CAN est un...

Lors d'une prédication récente, le pasteur Marcelo Tunasi a suscité la controverse en déclarant que la CAN Côte d'Ivoire...